Du rouge, du blanc et des brillants : L’évolution des tenues de l’équipe olympique des Etats-Unis

Du rouge, du blanc et des brillants : L’évolution des tenues de l’équipe olympique des Etats-Unis

Le justaucorps est aux gymnastes ce que la robe de soirée est aux Oscars. Revêtues de tenues comptant presque 5000 cristaux, les gymnastes qui se présentent pour commencer leur routine ont l’air de véritables princesses qui s’apprêtent à ouvrir le bal.

Aly_Raisman_Rio_2016

Aly Raisman, capitaine de l’équipe américaine de gymnastique à Rio en 2016, arbore un justaucorps étincelant de rouge, blanc et bleu. (Source : 10 août 2016, Fernando Frazão/Agência Brasil)

Certes, les cristaux donnent fière allure, mais ils soulignent aussi les mouvements de l’athlète. Les yeux rivés sur les tenues chatoyantes des gymnastes, les spectateurs peuvent suivre les routines des athlètes et mesurer toute leur souplesse et la technicité de leurs twists, sauts et flips. Mais le glamour n’a pas toujours été au programme.

Il fut un temps où les justaucorps étaient tristes, bouffants et couvraient le plus possible le corps des femmes. Lors des premiers Jeux olympiques de 1896, les athlètes portaient même leurs propres vêtements ou les uniformes de leurs clubs.

Elisabeth Bessie Holmes Moore

Elisabeth « Bessie » Holmes Moore, une jeune championne de tennis qui a remporté son premier titre américain en 1896. Photo prise vers 1910. (Source : projet The Commons de flicker et New York Times, 2008)

Il a d’abord fallu attendre la moitié du XXe siècle pour que les justaucorps commencent à prendre l’aspect que nous leur connaissons, puis finalement les années 2000 pour que la bonne fée permette à Cendrillon de se présenter en habit de lumière sportif, respirant et ajusté.

Aujourd’hui, la présentation des équipes olympiques s’apparente à un défilé de mode d’athlètes en uniformes conçus par les marques les plus en vogue telles que Ralph Lauren, H&M, Lacoste et Stella McCartney. Certains sont même spécialement composés de matériaux high-tech pour assurer les meilleures performances possible.

La création de vêtements pour athlètes peut s’avérer un véritable défi. Les justaucorps doivent permettre au gymnaste non seulement de se présenter sous son meilleur jour, mais aussi de donner le meilleur de lui-même. L’épreuve est de haut niveau : il faut réussir à créer un vêtement assez léger pour améliorer les performances aérodynamiques tout en lui incorporant des cristaux afin de mettre en valeur les mouvements de l’athlète.

Olympics

Simone Biles, équipe des États-Unis, en pleine action avant de décrocher sa médaille d’or. (Source : 4 août 2016, Fernando Frazão/Agência Brasil)

Chaque gymnaste possède en moyenne 8 justaucorps d’environ 1200 $ chacun. GK Elite, le fournisseur vestimentaire officiel de l’équipe nationale américaine possède même un département dédié aux équipements ornés de bijoux afin d’assurer la production de masse de pratiquement tous les modèles avec des cristaux de différentes couleurs.

Beaucoup de justaucorps sont aussi composés d’un matériau appelé Mystique et appliqué sur le spandex pour lui donner un aspect plus brillant. Pour sa part, Swarovski étudie la taille de ses cristaux pour les rendre plus légers et répondre à la demande de justaucorps étincelants. En automne prochain, ils devraient ainsi commercialiser le Concise Crystal, un nouveau cristal 50 % plus léger que ses prédécesseurs.

Les marques les plus en vue comme Under Armour et Nike recourent elles aussi à la technologie avec le prototypage 3D, les textiles intelligents et les techniques de fabrication de pointe afin de créer des vêtements capables d’améliorer les performances des athlètes. Les chaussures Zoom Superfly Elite de Nike en sont un bon exemple. Conçues en s’appuyant sur une conception algorithmique et le prototypage par impression 3D, elles peuvent permettre à un sprinteur du 100 mètres de gagner plus d’un dixième de seconde.

L’innovation technologique est devenue tout aussi importante pour l’athlète que son entraînement : elle lui permet d’améliorer son apparence, son bien-être mais aussi ses performances. Il faut bien l’avouer, peu d’adversaires sont de taille face à la magie des brillants !

  •  
  •  
  •