Le retour en arrière dans la mode: Une question de nostalgie?

Le retour en arrière dans la mode: Une question de nostalgie?

Dans une époque où le #tbt (Throwback Thursday) et le #fbf (Flashback Friday) sont des hashtags qui prédominent les médias sociaux, notamment sur le net outre-Atlantique, il est clair que nous vivons dans un monde nostalgique. Des articles Buzzfeed tels que 45 things from your 90s childhood you probably forgot about jusqu’aux comptes Instagram #flashback, le désir constant de revenir dans le passé et d’idéaliser les souvenirs d’enfance est manifeste.

Cette nostalgie-mania n’est pas un phénomène nouveau, en particulier pour l’industrie de la mode où les tendances actuelles s’approprient souvent celles du passé. Qu’il s’agisse de réminiscence d’ articles sportswear des années 90, de compositions florales des années 60 et 70 pour une collection printemps 2016/17, ou d’un retour de collier ras-de-cou des Kardashian, les tendances de la mode sont constamment recyclées et remises au goût du jour.

Juicy Couture for @vetements_official ❤️

A video posted by Miroslava Duma (@miraduma) on

Mais pourquoi la mode se borne-t-elle donc à répliquer des périodes révolues ? Peut être par prévisibilité : les stylistes et les acheteurs choisissent une mode qui se vendra à coup sûr. Les gens recherchent spontanément la familiarité, c’est pourquoi la « now-stalgie » fait son retour. Les stylistes s’approprient toujours les tendances du passé et les remettent au goût du jour avec des retouches et des améliorations modernes.

L’on a notamment assisté à la renaissance des vestes en jean, des longs bijoux inspirés par les rappeurs des années 90, des pantalons taille-haute, et bien sûr du blouson de cuir, symbole d’un look décontracté depuis plus d’un demi-siècle.

Les stylistes reproduisent même leur marque avec des versions repensées de leurs propres modèles. Par exemple, à l’occasion de la Fashion Week de Paris, Chanel a présenté sa collection de prêt-à-porter Printemps 2016/17 où la marque associe son tweed classique et ses fameuses perles à des casquettes colorées et du maquillage des années 90. D’autres exemples incluent la ligne de prêt-à-porter en jean très américaine de Ralph Lauren, les imprimés de Roberto Cavalli, les looks décontractés et minimalistes de Calvin Klein et les sacs de Michael Kor. Les gens se complaisent dans la ressemblance et la continuité. C’est ce que leur procurent les marques qui continuent à créer des vêtements et accessoires « intemporels » en leur apportant une touche moderne.

#DataCenterChanel #SpringSummer2017 #PFW
A video posted by CHANEL (@chanelofficial) on

Ensuite vient le phénomène du look « street style » où les gens veulent absolument s’inspirer des décennies passées, écrasées par le vêtement moderne. « L’idée du styliste s’est répandue jusque dans la rue. Vous êtes désormais vénéré parce que vous savez comment combiner des tenues », explique Valerie Steele, directrice et conservatrice en chef du Museum of the Fashion Institute of Technology. « Ce qui signifie que les vêtements du passé donnent un look décontracté. »

On dit que l’histoire se répète. Cela semble être le cas pour la mode. Même si l’on ne peut pas parler de réel retour en arrière à une décennie précédente, la mode est certainement une version « now-stalgique » de notre passé remise au goût du jour.

  •  
  •  
  •